Tête-à-tête

Nicolas Waldorf : Créateur du célèbre salon de coiffure Nicolas Waldorf

Nous avons poussé la porte du salon Parisien de Nicolas Waldorf pour rencontrer son créateur.

 

Nicolas-waldorfNicolas, peux-tu nous raconter un peu ton parcours ?
Je suis né dans une famille conservatrice, qui voulait que je fasse des études de droit. Seulement, j’ai rencontré un coiffeur et je suis tombé amoureux de lui et de son métier, il m’a tout appris et j’ai vite été passionné.
Au début, j’ai postulé dans des grosses structures et des gros salons puis je suis vite passé responsable d’un salon à 21 ans. Je devais alors gérer le salon et une grosse équipe.
Il y a deux ans, j’ai eu un déclic, je voulais avoir mon propre salon Parisien, avec son concept de «Beauty Concept Store». Je voulais créer un salon où on se sent chez soi, avec des meubles, des accessoires, des objets traditionnels de la maison pour créer un univers décalé.
L’idée est de proposer plein de choses : on a aménagé la cave en studio photo pour faire notre propre look book et motiver la création des coiffeurs. J’expose des photographes qui travaillent sur la beauté, le corps ou la mode. Je propose aussi des cours de yoga le mercredi soir avec Audrey (PineappleCircus). Le caritatif me tient très à coeur, j’ai donc crée une librairie participative et des goodies dont tous les bénéfices sont reversés à la fondation Mimi Ullens, qui prend soin de personnes atteintes de cancer au sein des hôpitaux.

Qui se cache derrière le salon ?
On est un groupe d’amis, j’ai appelé des potes, je leur ai dit « j’ouvre un théâtre, qui veut jouer dans la pièce ? ». Le salon Nicolas Waldorf, c’est une vraie scène de spectacle, où chacun est acteur. Il fallait qu’on crée un lieu, où les gens s’attardent, et ont envie de rester.
On aime faire très attention à nos clients, on sait qui a besoin de quoi. Par exemple, on a une cliente, on sait qu’elle adore parler, et rester pour l’apéro. Quand elle vient, on part toujours acheter une bouteille de vin, qu’on partage.
Comme je fais très jeune, on ne m’a jamais donné une réelle crédibilité, du coup lorsque j’ai gagné l’émission de télé Cinq salons qui décoiffent, ça m’a donné une meilleure crédibilité. Depuis, j’ai des gens qui viennent en me disant « Faites ce que vous voulez ».

Photo #2 Salon Parisien - Nicolas Waldorf

Tes projets ?
La salon a deux ans, et on a plein plein de projets. Mais ce qui est bien dans les projets c’est que ça doit rester secret. ;-)

Pourquoi Paris ?
Je suis né à Paris et je suis amoureux de la ville depuis 29 ans déjà. Je n’arrive pas à tomber amoureux d’une autre ville. Je suis émerveillé chaque matin, à chaque réveil.
Je voyage beaucoup, j’aime beaucoup l’Asie, New-York… Mais le sentiment d’avoir une vie tranquille de village tout en vivant dans une capitale, je ne l’ai jamais trouvé ailleurs qu’à Paris.
Paris, il y a les saisons, les terrasses qui se vident et qui se remplissent, des jours de neige, les premiers jours de soleil… Il y a nulle part ailleurs ou je me sens aussi bien.

Paris pour la vie ?
Oui, sûr.
Mais toujours en voyageant !
Paris c’est canon, les gens sont beaux, ils m’inspirent ! Tout est sujet d’inspiration dans cette ville, mon quartier, certaines boutiques, même une cage d’escalier peut être magnifique. Paris m’inspire. 

Une habitude que tu n’aimerais pas perdre ?
Rire ! J’ai un fou rire par jour minimum ici. Depuis le vendredi 13 juin 2014, jour de l’ouverture, je ris tous les jours et je suis bien conscient de cette chance que tous les gens n’ont pas. S’amuser au travail avec des gens qu’on aime c’est quand même de l’or en barre ! Ici, on est une grande famille et on se connaît tous. C’est très dangereux de faire bosser ses amis mais l’avantage c’est la solidarité et le mal que les gens se donnent pour toi et ton projet.

Une journée type de Nicolas Waldorf ?
Chocolat au lait – réseaux sociaux (environ 45 bonnes minutes pour analyser ce qui est sorti/ pas sorti ) – préparation – douche – etc.
Quand j’arrive au salon, la journée commence. Pour déjeuner on va toujours à côté pour faire vivre les commerçants du quartier. Je vais souvent chez Duo où ils font des pots-au-feu, des bouillons, des trucs qui te rappellent ta grand-mère et qui sont sains.
La journée, on reçoit descakes d’un grand pâtissier pour que nos clients aient toujours quelque chose à manger.
En fin de journée, apéro, ensuite on passe souvent au Bestpoke voir les copains et boire leurs cocktails qui sont à tomber. Et parfois, quand on veut faire la fête jusqu’au bout de la nuit on va au Punk Paradise.

 

_I1A1008

Un moment gênant ?
Ça m’arrive très souvent de ne pas me souvenir des gens, je peux me retrouver faceau maire du 11ème et ne pas me souvenir. Après, il y a les boulettes avec des clientes « t’es enceinte ? » alors que pas du tout. En général quand il y a une gaffe à faire, elle est pour moi !
Mon plus grand moment embarrassant : un jour, j’ai eu une cliente très belle qui voulait un gris polaire, elle ne me montre pas de photo et je commence… Pour avoir un gris, tu dois passer par plein de couleurs différentes, et à la fin elle me montre une photo et enfaite elle voulait du blanc…
J’étais très mal à l’aise, j’ai mis du temps à récupérer sa couleur, du coup elle a passé la journée au salon, mais elle était adorable, on a discuté toute la journée et elle revient toujours se faire coiffer chez nous. Ouf !

Ta devise
« Mieux ce serait trop ! » Je le dis très souvent et depuis des années. On utilise même cette phrase dans tous nos moyens de communication. Mes coiffeurs se sont mis à le dire aussi, c’est une phrase tellement positive !

Trois mots qui te caractérisent
Fou – Impatient – Exigeant

T’es plutôt ?
Bière ou champagne ? Champagne
Slip ou caleçon ? Caleçon
Oscar ou César ? Oscar
Le Grand Journal ou Les Anges de la Télé Réalité ? Le Grand Journal
Terre ou mer ? Terre
Ibiza ou Calvi ? Les deux !
Pizza ou caviar ? Les deux !

Nicolas-waldorf

 

Logo nicolas waldorfTes adresses ?
Salon Nicolas Waldorf : 48, rue de la Folie Méricourt – 75011
Fleux : 39, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie – 75004 Paris
Les Brocantes de la rue Ternaux : 75011 Paris
Merci : 111, boulevard Beaumarchais – 75003
Paris Kushikatsu Bon : 24, rue Jean-Pierre Timbaud, – 75011
Paris Bespoke : 3, rue Oberkampf – 75011 Paris
Punk Paradise : 44, rue de la Folie-Méricourt – 75011 Paris

Votre avis compte !
  • J’ajoute
    dans ma To Do
  • J’ y suis allé,
    je valide
  • J’ y suis allé, je ne conseille pas
Rédigé par :
Thibaut Ribet
Thibaut Ribet Rédac' chef

Titi c'est notre bijou à nous ! Souvent désagréable, parfois drôle, toujours lui-même. Il sait nous faire sourire voire rire, il vous donnera sans paraître envie de vivre ses découvertes, le tout sans langue de bois ! Ce qu'il aime le plus c'est nous taquiner, mais il sait surtout se faire pardonner autour d'un verre de rosé (pour Clem) et d'une pinte (pour Tiff).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>